Répondre Amen après une bénédiction (2/5)

Amen

L’obligation de répondre Amen Lorsqu’on entend une berakha, qu’on veuille ou non s’en acquitter, on doit répondre amen. Mais, on ne répond pas Amen après une berakha que l’on a dite soit même sauf à la fin d’une série d’au moins 2 berakhot (exemple : dans la tefila après « yichtaba’h », dans le bircat hamazon après « boné Yerouchalayim », etc. ).
Poursuivre la lecture

Pessah 5776 – Cosmétiques & Médicaments

Medicaments à Pessah

#Chavou’a tov Cette halakha est dédiée pour la réfoua chéléma de Yehouda ben Marcelle. Les cosmétiques à Pessa’h Le ‘hamets n’est plus considéré comme ‘hamets dès lors qu’il n’était plus consommable par un chien au début de Pessa’h. C’est pourquoi les cosmétiques et produits de beauté féminins sont autorisés à Pessa’h. Cependant certains sont plus
Poursuivre la lecture

Répondre Amen après une bénédiction (1/5)

Amen

#Chavoua_Tov Signification 1/ Cela signifie qu’on adhère et qu’on exprime la foi en ce qui a été dit. En effet, en hébreu amen (אמן) vient du mot emouna (אמונה) : confiance/croyance. 2/ Lorsqu’on répond amen, on prie pour que la bénédiction que l’on vient d’entendre se réalise. 3/ En hébreu le mot « amen » s’écrit avec les lettres Alef (א), Mem (מ) et Noun (נ) qui sont
Poursuivre la lecture

Pourim 5776 – La Meguilat Esther (suite)

pourim meguilat esther

  Les femmes et les enfants Les femmes ont aussi l’obligation de lire ou d’entendre la Meguila le soir et durant la journée de Pourim parce qu’elles ont aussi bénéficié de ce Miracle. Les enfants qui ont atteint l’âge d’être éduqués aux mitsvot (à partir de 5, 6 ans, chaque enfant en fonction de ses capacités) doivent également
Poursuivre la lecture