Règles générales sur les bénédictions des aliments

halakhot aliments

Bénédiction sur un aliment ou un plat mélangé En dehors d’un repas où l’on ne fait pas le Motsi, si on veut manger un aliment ou un plat composé de différents aliments (ex : salade, falalel, lasagnes, etc.), en principe c’est la quantité majoritaire composant l’aliment ou le plat qui définira la berakha.   Quand on
Poursuivre la lecture

    Erreur dans la bénédiction

    Si l’on se trompe de berakha avant de manger un aliment et qu’on s’en aperçoit « tokh kedei dibour », ce qui signifie immédiatement (le temps de dire « Chalom aleikha Rabbi »), on se reprend et on corrige la fin de la berakha. Si ce laps de temps très court s’est écoulé, il faudra dans certains cas refaire la berakha dans d’autres
    Poursuivre la lecture

    Tefilat Haderekh et Bircat Hagomel

    Tefilat haderekh et Bircat Hagomel

    Introduction Nos sages ont institué de réciter une prière lorsqu’on entreprend un voyage (tefilat haderekh) puis une bénédiction après le voyage afin de remercier Hachem de nous avoir protégé et permis d’arriver sains et saufs (Bircat Hagomel).   Quand réciter la Tefilat Haderekh puis la Bircat Hagomel ? Voici les 4 cas généraux qui nécessitent
    Poursuivre la lecture

    Acher Yatsar

    Acher Yatsar

    Introduction Acher Yatsar C’est une bénédiction qui a été instituée par les membres de la Grande Assemblée (Instance dirigeante du judaïsme (assemblée de sages) créée par Ezra, environ 400 ans avant l’ère actuelle. En Hebreu : Knesset HaGuedolah) afin de remercier et bénir Hachem pour tous les miracles qu’Il opère dans notre corps. Comme le dit le texte de
    Poursuivre la lecture

    L’essentiel et L’accessoire

    Essentiel et Accessoire

    Comme nous l’avons évoqué dans la halakha sur la Bénédiction sur un aliment ou un plat mélangé, dans un repas où l’on ne fait pas le Motsi, lorsqu’un aliment qui constitue « l’essentiel » est accompagné « d’accessoire« , on dira la bénédiction uniquement sur « l’essentiel« . « L’accessoire » est alors exempté. C’est pourquoi, on ne dit pas de berakha sur de la crème
    Poursuivre la lecture

    Amen après une bénédiction

    amen halakhot

    Signification 1/ Cela signifie qu’on adhère et qu’on exprime la foi en ce qui a été dit. En effet, en hébreu amen (אמן) vient du mot emouna (אמונה) : confiance/croyance. 2/ Lorsqu’on répond amen, on prie pour que la bénédiction que l’on vient d’entendre se réalise. 3/ En hébreu le mot « amen » s’écrit avec les lettres Alef (א), Mem (מ) et Noun (נ) qui sont les
    Poursuivre la lecture

    Préséance pour les bénédictions

    haadama haets fruits legumes

    Lors d’un repas où l’on ne récite pas le Motsi, on doit respecter un ordre quand on récite les bénédictions. En effet, on commencera de la berakha la plus spécifique à la plus générale. L’ordre de préséance des bénédictions est donc le suivant : Boré miné mezonoth Boré péri haguefen Boré péri ha’ets Boré péri
    Poursuivre la lecture

    Birkat ha-Ilanot – bénédiction sur les arbres en fleurs

    Birkat ha-ilanot - Amandier en fleur

    Birkat ha-Ilanot : Quand & Comment Dès le début du mois de Nissan, lorsqu’on voit des arbres en fleurs, on récite la birkat ha-ilanot : בָּרוּךְ אַתָּה יְיָ, אֱ‑לֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, שֶׁלֹּא חִסֵּר בְּעוֹלָמוֹ כְּלוּם, וּבָרָא בוֹ בְּרִיּוֹת טוֹבוֹת וְאִילָנוֹת טוֹבוֹת, לֵיהָנוֹת בָּהֶם בְּנֵי אָדָם Baroukh ata Ado-naï, Elo-hènou, melekh ha‑olam, chéllo ‘hissère be’olamo keloum ouvara
    Poursuivre la lecture