Les Selihot

Cette année 2018 – 5778, les séfaradim commenceront la récitation des selihot le Lundi 13 Août 2018, les Asheknazim le Dimanche 02 Septembre 2018.

Introduction aux Selihot

La tradition nous rapporte que Moché Rabbénou remonta le jour de Rosh ‘Hodesh Eloul pour prendre les deuxièmes tables de la loi et redescendit le jour de Yom Kippour. Ces 40 jours, qui furent un temps de miséricorde, de clémence pour le peuple juif, s’achevèrent à Yom Kippour lorsque Hakadoch Baroukh Hou se réconcilia avec nous dans la joie.

Les Selihot ne sont pas récitées le jour même de Rosh ‘Hodesh.

Nous avons donc l’habitude de nous lever à l’aube pour réciter les Selihot (excuses, pardon) et les Ta’hanounim (supplications) depuis Rosh ‘Hodesh Eloul jusqu’à Yom Kippour (Sefaradim).

Il faut être miniyane (quorum de 10 hommes majeurs) pour réciter certains passage des Selihot.

Concernant les Ashkenazim, ils commencent le dimanche qui précède Rosh Hashana (sauf si Rosh Hashana tombe le lundi ou mardi, auquel cas ils commenceront le dimanche de la semaine d’avant).

A quel moment de la journée réciter les Selihot ?

Le meilleur moment pour réciter les selihot est à partir de la moitié de la nuit juive (‘hatsot layla) jusqu’à un moment appelé « achmoret haboker » qui est l’équivalent plus ou moins de ce que l’on appelle l’aube, car c’est un moment de miséricorde.

En Israel, ‘hatsot layla étant vers 0h30 et à Paris, 1h50 du matin à cette période de l’année, nous avons l’habitude de les réciter à l’aube avant la prière de Cha’harit afin de trouver un miniyane facilement.

En revanche, il est interdit de les lire avant le milieu (juif) de la nuit.

Si on n’a pas pu les lire avant, il est possible de les réciter jusqu’à l’après-midi, mais le plus tôt sera le mieux.

Attention : celui qui se lève tôt pour les selihot doit veiller à ne pas somnoler ou s’assoupir lors de la , ni réveiller les gens de la maison qui dorment encore !

Une règle importante à retenir lorsqu’on veut accomplir le service d’Hachem : Il faut d’abord observer ce qui est essentiel en n’ajoutant le supplément qu’après.

 

Comment réciter les selihot ?

Le principal lorsque l’on récite les selihot est de les dire avec ferveurlentementposément et avec beaucoup de soumission.

Avant de lire les selihot, il faudra penser à réciter les bénédictions du matin, y compris la bénédiction de la torah, car les selihot contiennent des versets que l’on ne peut réciter sans avoir dit ces berakhot.

On a l’habitude de sonner du chofar pendant ou à la fin des selihot afin d’inciter au repentir. En effet, le mois d’Eloul est le moment le plus approprié pour examiner sa conduite, consacrer plus de temps et d’attention à l’étude de la Torah et aux bonnes actions.

 

Sources : Yalqout Yossef – Moadim : ילקוט יוסף – מועדים

 

8 Comments

  1. Bonsoir, ou pourrais je trouver la priere de s slihots? et etant une femme et sachant aussi que je les lirai seule y a t il d autres passages que je ne dois pas lire ? et si je veux les faire en pleine nuit en pensant que je me coucherai apres qu en est il des birkots ashakhar? merci et kol touv

  2. Bonjour,

    En cliquant sur ce lien vous retrouverez le texte des Selihot pour les séfaradim : http://www.daat.ac.il/daat/sidurim/mizrah/slihot.htm

    Mise à part les passages en Araméen ni les 13 attributs de miséricorde vous pouvez tout lire. Si vous participez à un minyan vous pouvez tout lire comme les hommes.

    Concernant les bénédictions du matin, une personne qui lit les seli’hot vers 0h30 – 1h du matin (après ‘hatsot) et qu’ensuite va se coucher, lira les bénédictions du matin en se levant. En revanche, une personne qui se lève tôt pour réciter les seli’hot et qu’ensuite commence sa journée (tefilat Cha’harit, etc.), récitera les bénédictions du matin avant les seli’hot.

    Kol Touv

1 Trackback / Pingback

  1. Hocha'ana Rabba | La Quoti Halakhique

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*