Respect des parents : Comparaison avec Hachem (1/2)

Respect des parents - Kivoud Av Vaem

Cette halakha est dédiée à l’élévation de l’âme de Moshé ben Shlomo Aboudaram.   Nous apprenons d’après Rabbi que l’honneur des parents est précieux « aux yeux » du Créateur puisqu’il compare leur honneur et leur crainte à son honneur et à sa crainte, et leur outrage à son outrage, etc… Comme l’explique le Meïri sur le
Poursuivre la lecture

Respect des parents : Une mitsva rationnelle ? (1/2)

Respect des parents - Kivoud Av Vaem

Il y a un principe essentiel dans la Torah : Afin de tirer l’intégralité du salaire d’une mitsva, il est essentiel d’observer les mitsvot rationnelles (appelées Michpatim, en opposition à ‘Houkim : catégorie de mitsvot que l’homme ne peut comprendre) uniquement par obéissance parce que c’est Hachem qui nous l’ordonne et non parce que la raison le commande. C’est pour cela qu’il est écrit dans
Poursuivre la lecture

L’interdit de faire du Commerce avec les récoltes de la 7e année

Chemita 5775 sur les fruits

#Chabbat Chalom   Il est dit dans la Torah : « Ce sol en repos vous appartiendra à tous pour la consommation » (Vayikra 25, 6). Les sages ont déduit du verset « pour la consommation » que les récoltes nous appartiennent seulement pour satisfaire tous nos besoin et donc ni pour le commerce, ni pour les gâcher. Ainsi, il est interdit
Poursuivre la lecture

Introduction au Respect des parents

Respect des parents - Kivoud Av Vaem

#Chavou’a Tov   Afin de pouvoir saisir et bien comprendre ce sujet, en guise d’introduction, nous rapporterons les différentes définitions du « kiboud av vaem » données par les Sages à travers l’histoire avant d’étudier plus précisément les halakhot pratiques.    Dans le traité Kidouchine à la page 31a, la Guémara rapporte une question posée à Oula : Jusqu’où
Poursuivre la lecture

Le 10 Tevet de nos jours

Jeune du 10 tevet

#Tsom Kal En Israël, le 10 Tevet a été désigné par le Grand Rabbinat comme jour du Kaddish public, en souvenir des victimes de la Shoah, dont le lieu et la date du décès sont pour la plupart inconnus. Aussi sont associés tous ceux qui auraient péri de façon tragique, sans qu’il y ait quiconque pour réciter spécifiquement le kadish.
Poursuivre la lecture