Birkot Hacha’har (17/19) | Lachon Hara – Chapitre 8 (3-4/7)

Bénédictions du matin - Birkot Hachahar

Dedier une halakha - Bandeau

#ChabbatChalom

Ché’assani kirtsono

…qui m’a fait selon Ta volonté.

Comme nous l’avons vu au dessus, les n’étant pas concernées par la majorité des mitsvot, elles remplacent la bénédiction « chélo ‘assani icha » par « ché’assani kirtsono » ce qui signifie qu’elles reconnaissent la justice, la droiture et la perfection de la Création.

Il ne s’agit pas d’une distinction péjorative entre l’homme et la femme, bien au contraire. Selon l’esprit de notre sainte Torah, la femme est très honorée comme l’enseignent nos maitres. Mais, nos sages étant en désaccord sur l’obligation de réciter cette bénédiction,  les femmes n’y mentionnent pas le nom d’Hachem.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

Lachon Hara Chapitre 8

5/ Il est permis de dire du lachone hara sur un hérétique, c’est à dire quelqu’un qui renie la prophétie ou la Torah ou même une exégèse de nos sages.

6/ Cette permission n’est valable que s’il a lui-même entendu des propos hérétiques de cette personne ou bien si elle est ainsi réputée dans la ville. Mais s’il l’a simplement entendu d’autres personnes, il n’aura pas le droit de se baser sur ces bruits mais pourra seulement prendre ses précautions.

7/ Il est permis de dire du lachone hara sur un individu connu dans la ville pour être « impie » ; son impiété n’étant pas remise en question vu les rumeurs qui courent constamment sur lui, qu’il transgresse des péchés connus de tous.

 


Halakhot pour demain , à étudier après ou à imprimer !

Lachon Hara Chapitre 8

8/ Certains sont d’avis qu’il est permis de dire du lachone hara sur des gens qui se disputent continuellement (ba’alé ma’hlokète), aux conditions suivantes :

  1. Son intervention permettra de mettre fin à la dispute.
  2. Il sait de manière claire qu’il s’agit de gens qui se disputent continuellement.
  3. Son intention est constructive.
  4. Il n’a pas d’autre moyen de faire cesser la dispute.

9/ Les Anciens ont décrété de ne pas calomnier ni diffamer un mort. Ce décret porte même sur un ignorant ; à plus forte raison sur un sage en Torah et encore plus sur des paroles de Torah qu’il aurait prononcées.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

©LaQuotiHalakhique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *