Birkot Hacha’har (4/19) | Lachon Hara – Chapitre 5 (4/4)

Bénédictions du matin - Birkot Hachahar

Dedier une halakha - Bandeau

Eloquaï, Néchama…

On doit prononcer cette berakha tout de suite après celle d’Acher Yatsar car il est important que ces deux bénédictions soient juxtaposées ! Une des raisons de cette association est qu’Acher Yatsar concerne notre corps (matériel) tandis qu’Eloquaï, Néchama... concerne notre néchama (spirituelle).

Il est important de faire une pause entre les mots « Eloquaï » et « Néchama » pour qu’ils ne puissent pas être compris comme signifiant « mon âme, mon D.« , ce qui pourrait signifier « mon âme est ma divinité ».

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

Lachon Hara Chapitre 5

7/ L’interdit du lachone hara varie en fonction de la personne dont on parle. Dire par exemple qu’une personne donne une certaine somme à la tsédaka peut constituer une louange, s’agissant d’un pauvre, tout en constituant du lachone hara, s’agissant d’un homme riche. Même si celui qui parle n’aurait aucune objection à ce que l’on tienne sur lui les mêmes propos, comme par exemple un pauvre qui tient de tels propos sur un riche, cela reste interdit car c’est diffamatoire pour la personne visée.

8/ Il est interdit de médire des objets d’un tiers lorsque cela lui nuit, de dire par exemple d’un commerçant que sa marchandise est de qualité inférieure. Il est interdit à un individu seul de dire du lachone hara et à fortiori est-ce interdit à deux personnes car elles seront davantage crédibles.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

©LaQuotiHalakhique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *