Asseret Yémé Techouva 5778 (1/3) | Rekhilout – chapitre 9 (8/8)

Asseret Yeme Techouva

Dedier une halakha - Bandeau

Asseret Yémé

Les 10 jours séparant Roch Hashana de Yom Kippour sont appelés les « 10 jours de pénitence ». Il faut examiner nos actes afin de pouvoir faire techouva (se repentir) et nous efforcer à faire plus de mitsvot et être plus généreux, car nos sages nous enseignent qu’il faut se considérer comme à moitié coupable et à moitié méritant. Donc la moindre petite mitsva peut faire pencher la balance.

Il est faux de penser que la techouva ne s’applique qu’à des fautes concrètes comme ne pas respecter , le vol, les unions interdites, etc… il faut aussi analyser ses mauvais traits de caractères comme la colère, la haine, la jalousie, la moquerie, la course à l’argent et aux honneurs, la gourmandise, etc. Afin de travailler sur soi pour essayer de les changer.

Il ne faut pas s’imaginer qu’un baal techouva (personne qui se repent) ne pourra jamais atteindre le niveau d’un tsadik (un juste) à cause de ses fautes. Au contraire, il est aimé d’Hachem comme s’il n’avait jamais fauté et son salaire est grand car il est parvenu, après avoir gouté au péché, à s’en arracher et à dominer ses instincts.

 

 

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

Rekhilout – Chapitre 9

14/ Si Réouven a été victime d’une injustice et qu’il soupçonne Chim’one d’en être responsable, Chim’one n’aura pas le droit de révéler l’identité du coupable, même s’il a été lui-même témoin des faits. Il dira seulement qu’il n’est pas responsable  [et s’il n’y a pas véritablement d’injustice mais que Réouven considère que c’est une injustice et qu’il est sûr que Chim’one en est responsable, il est possible que la loi interdise de protester de son innocence s’il va ainsi déduire l’identité du coupable.]

15/ Si un client demande à un commerçant de lui mettre de côté une marchandise jusqu’à ce qu’il vienne la régler et que pendant ce temps, une tierce personne vient l’acheter, le vendeur n’aura pas le droit de divulguer au premier client l’identité du second. Même s’il lui dit que le second client ignorait que la marchandise était réservée, cela demeure interdit car généralement, même dans un tel cas, le premier client en tiendra rigueur au second.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources


Halakhot pour Chabbat à imprimer ou à étudier après Chabbat

Lachon Hara – Cas pratiques

1/ Si deux personnes s’apprêtent à s’associer dans une affaire, il est permis de révéler à l’une que la seconde est quelqu’un de mauvais, susceptible de lui porter préjudice, sous réserve des conditions requises :

  1. Il le sait de manière certaine.
  2. Il n’exagère pas.
  3. Son intention est constructive.
  4. Il n’a pas d’autre moyen de parvenir à ses fins.
  5. Il ne causera pas ainsi de préjudice mais simplement un manque à gagner.

2/ Dès lors qu’ils se sont associés, il sera permis de rapporter les faits seulement si l’associé averti ne causera pas de tort à son partenaire – en mettant fin à l’association par exemple, mais se contentera de veiller à ce que celui-ci ne lui porte pas préjudice.

3/ Il est interdit de conseiller à quelqu’un de s’associer avec une certaine personne, si l’on sait que cette association peut lui causer une perte.

Cliquez ici pour consulter le dossier complet et les sources

 

©LaQuotiHalakhique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *