Sefer Torah

Bénédictions de la Torah – Birkot haTorah

Bénédictions de la Torah

L’étude de la Torah étant une mitsva essentielle et bénéfique, nous devons, avant de pouvoir en profiter, bénir Hachem pour nous avoir donner le mérite d’étudier Sa Torah.

Avant d’avoir réciter les birkot haTorah le matin, il est donc interdit d’étudier la Torah Écrite ou Orale ou même d’écouter des paroles de Torah. On pourra cependant méditer sur des paroles de torah ou y penser mais sans les dire ou les lire.

Les sages ont institué des birkot haTorah à réciter une fois par jourle matin, afin d’exprimer notre reconnaissance à Hakadoch Baroukh Hou d’avoir été choisis parmi tous les peuples pour recevoir la Torah. Dans cette prière, nous demandons également à Hachem de pouvoir jouir de sa Torah, nous et nos descendants.

Les bénédictions de la Torah que l’on récite directement après les bénédictions du matin, sont très importantes. En effet, elles nous permettent d’étudier la Torah toute la journée sans avoir à refaire cette bénédiction. Il faut donc les dire avec beaucoup de soin et de concentration et penser à s’acquitter pour la journée.

Afin qu’elles ne soient pas dites en vain le matin, nos sages ont institué de lire quelques versets de la Torah (ce sont les versets de la Bircat Cohanim qui suivent les birkot HaTorah du matin dans vos siddour).

Texte de la bircat hatorah en cliquant ici.

En cas d’

Si on ne se souvient plus avoir récité les bénédictions de la Torah, on ne les redit pas. On essaiera d’écouter les bénédictions de la Torah d’une autre personne pour s’en acquitter.

Après avoir fait la tefila de Cha’harit, si on a oublié de réciter les bénédictions de la Torah, on ne pourra plus les réciter car on s’en acquitte dans cette tefila en disant dans les bénédictions du chéma le passage « Ahavat ‘Olam«  (où l’on demande à Hachem de nous aider à comprendre sa Torah afin de l’étudier et de l’enseigner). Dans ce cas, il faudra étudier juste après la .

Lorsque l’on récite sa téfila du matin et qu’on s’aperçoit qu’on a oublié les bénédictions de la Torah. Si on se trouve :

  • avant « Baroukh chéamar », on pourra les réciter entre 2 paragraphes de la tefila.
  • après « Baroukh chéamar », on pourra les réciter juste après Yichtaba’h (car on ne doit pas s’interrompre entre Baroukh chéamar et Yichtaba’h).
  • Si on s’en aperçoit après avoir commencé les bénédictions du Chéma, alors on ne pourra plus les réciter car on s’en acquittera comme vu ci-dessus.

Si on est appelé à monter à la Torah avant d’avoir dit les bénédictions de la Torah du matin, il ne sera pas nécessaire de les réciter à nouveau, puisqu’on s’en est acquitté au moment de la lecture dans la Torah.

 

Bénédictions de la Torah & les

Bien que les femmes ne soient pas soumises à l’obligation d’étudier la Torah, elles réciteront quand même les bénédictions de la Torah car elles sont tenues d’étudier les lois qui les concernent.

 

Si on dort la journée

Si pendant la journée, on s’endort profondément dans un lit, les sages sont en discussion sur l’obligation de réciter à nouveau les birkot haTorah au reveil. D’après le principe qu’on s’abstient de réciter une bénédiction en cas de doute, on ne récitera pas la bénédiction à nouveau. On pourra, d’après le Ben Ich ‘Haï réciter la bénédiction sans mentionner le nom d’Hachem ni « Melekh haOlam« .

Sources : Choulkhan Aroukh Chapitre 46 – ש »ע סי’ מו | Ben Ich ‘Hai Vayéchèv 1e Année – שנה א | Yalqout Yossef – Birkot Hatorah | Kitsour שייע chap 7 – H9

 

 

1 comment

  1. Pingback: Bénédictions du matin - Birkot Hacha'har | La Quoti Halakhique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *