motsi fin de repas

Berakhot pendant un repas avec du pain (motsi)

Au cours d’un repas où on a récité

Les aliments consommés pendant le repas, c’est à dire qui se mangent habituellement avec du pain comme la viande, le poisson, les oeufs, le fromage, les salades, de même que les plats cuits que l’on mange pour se rassasier, ne nécessitent pas de bénédiction avant la consommation si on a dit le Motsi en début de repas car ils sont exemptés par la berakha du Motsi.

 

ou Café au cours du repas

Il existe un doute si l’on doit réciter la berakha sur le thé ou le café durant un repas :

  • Si au cours d’un repas (où l’on mange du pain ou non), on boit du vin alors le thé ou le café sont dispensés de bénédiction car la berakha de « boré peri ha-guefen » acquitte l’ensemble des autres boissons. On n’aura pas besoin de faire non plus la berakha de « …chehakol nihya bidvaro«  sur le sucre que l’on prend en même temps pour adoucir le thé ou le café.
  • Si on ne boit pas de vin durant un repas où l’on consomme du pain (motsi), on ne dit pas non plus de berakha sur le café ou le thé qu’on prend au milieu ou à la fin du repas, puisqu’on ne fait pas de berakha en cas de doute. En effet, les décisionnaires sont en discussion pour savoir si le thé ou le café font partie du repas et se « mangent » avec le pain ou pas.

Le Yalkout Yossef, nous enseigne qu’il vaut donc mieux les boire après le bircat hamazone afin de pouvoir dire la berakha de « …chehakol nihya bidvaro«  d’après l’ensemble des opinions de ces décisionnaires, ou bien si on veut les boire pendant le repas, dire la berakha de cheakol sur un bonbon ou une autre friandise de façon à exempter les boissons.

Au cours d’un repas, sans vin et sans pain, on récitera normalement la berakha « …chehakol nihya bidvaro«   sur le café ou le thé.

 

En fin de repas

Les en fin de repas

Les légumes que l’on mange sans pain en fin de repas avant le , comme les salades par exemple, nécessite une berakha adéquate avant la consommation même si on en a déjà mangé avec du pain pendant le repas.

En revanche, si on les mange en fin de repas, accompagné de pain alors cette règle ne s’applique pas.

 

Le cas des

Les fruits que l’on mange habituellement sans pain en fin de repas, avant de réciter le Bircat Hamazone, nécessitent une berakha avant leur consommation, même si on en a déjà mangé avec du pain pendant le repas car ils ne font pas vraiment partie du repas (= ils ne sont pas mangés avec du pain).

En revanche si on les mange pendant ou en fin de repas accompagnés de pain, alors cette règle ne s’applique pas car ils sont acquittés par la berakha du motsi.

 

Les en fin de repas

Concernant les pâtisseries ou les gâteaux que l’on mange en fin de repas, il convient à priori d’éviter de les consommer au cours d’un repas car il existe un doute s’ils sont acquittés par le motsi ou non.

On préférera réciter le Bircat Hamazon puis ensuite, servir les pâtisseries et autres gâteaux sur lesquels on récitera la berakha «  ».

 

Les glaces

Concernant les glaces (sorbet, au lait ou parvé) que l’on mange en fin de repas, on appliquera la même règle que celle vue pour les gâteaux : on évitera de les consommer au court du repas.

On fera le Bircat Hamazone puis on servira les glaces sur lesquelles ont récitera la berakha de « Chéhakol ».

 

Sources : Choul’han Aroukh : Chapitre 177 – ש׳׳ע סימן קעז  : הלכות דברים הבאים בתוך הסעודה | Chapitre 174 – ש׳׳ע סימן קעד : דין ברכת היין והמים בסעודה | Yalkout Yossef : Les aliments qui arrivent au cours du repas – ילקוט יוסף : הלכות דברים הבאים בתוך הסעודה

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *