33e Melakha interdite le Chabbat – Effacer

Travaux interdits Chabbat – 33e Melakha : Effacer

Lettres sur un gâteau

On ne transgresse pas l’interdiction d’effacer si l’on coupe ou brise un gâteau sur lequel sont inscrites des lettres, qu’elles fassent partie intégrante du gâteau, qu’elles y soient gravées, qu’elles soient en relief ou qu’elles aient été tracées dessus avec de la crème ou du chocolat. (‘Hazon ‘Ovadia, note T.4, p.271)

Dans le cas d’inscriptions faites avec de la crème, du chocolat, ou d’autres matières, les juifs achkénazes sont plus stricts et ne permettent de briser les lettres qu’en les portant à la bouche pour consommer le gâteau et non pas avec les mains. (Michna Broura Chap.340, §15)

Emballages d’aliments

Il est permis d’ouvrir les emballages d’aliments même si des lettres sont déchirées. (Yalkout Yossef T.5, p.117)

Nettoiement des mains

On peut utiliser du papier sur lequel sont inscrites des lettres afin de nettoyer ses mains sans crainte de violer l’interdiction d’effacer. (‘Hazon ‘Ovadia, note T.4, p.272)

Mains tachées d’encre

Si l’on s’est sali les mains avant Chabbath avec de l’encre ou de la peinture, il sera défendu de les nettoyer car on transgresserait l’interdiction d’effacer. Cependant, on pourra faire netilat yadaïm (les asperger d’eau avec un récipient spécial) avant le repas à condition de verser un « Révi’it » d’eau (quantité minimale de 86 ml exigée pour la purification des mains avant la consommation de pain) en une seule fois et ce, à condition de ne pas les essuyer. (‘Hazon ‘Ovadia, note T.4, p.273)

La raison pour laquelle cela est permis est que la personne n’a pas l’intention d’effacer les taches mais seulement de faire netilat yadaïm ; car bien entendu, sans frotter l’eau ne pourra pas effacer les taches.

Source : « Lois & Récits de Chabbath » aux Editions Torah-Box