12e melakha interdite le Chabbat – Teindre (tsov‘a)

Travaux interdits Chabbat – 12e Melakha : Teindre (tsov‘a)

Type de teinture

La Torah interdit le Chabbath de teindre (ou de peindre, ou de colorer) avec des produits indélébiles. Les Sages l’ont prohibé même avec des produits instables. (Yalkout Yossef T.3, p.366)

Chaussures

Il est permis d’enlever la poussière des chaussures avec la main ou avec un chiffon sec mais il est bien sûr interdit de les cirer avec du cirage en crème ou liquide. (Yalkout Yossef T.2, p.78)

Maquillage

Une femme n’aura pas le droit le Chabbath de se maquiller notamment avec du rouge à lèvres, du fond de teint, du make-up, du crayon, du vernis à ongles – qu’il soit coloré ou même transparent ; en effet, le vernis transparent a pour rôle de faire briller les ongles, et par conséquent, en l’utilisant, on viole l’interdit de « teindre ». Cette interdiction reste en vigueur même si la personne est déjà maquillée et qu’elle veut seulement rafraîchir son maquillage. Et il faut le rappeler autant de fois que possible car trop de femmes commettent cette faute. (Yalkout Yossef T.3, p.368-369)

Poudre

Il est permis d’utiliser de la poudre qui n’est pas mélangée avec de la crème. (Yalkout Yossef T.3, p.368)

Consommation de fraises et de grenades

Une femme aura le droit de manger des fraises ou des grenades le Chabbath en dépit du fait qu’elle se colore les lèvres. (Yalkout Yossef T.3, p.101)

Coton pour arrêter un saignement

On se montrera plus indulgent en cas de saignement du nez et on pourra arrêter le sang avec du coton hydrophile sans enfreindre la défense de « teindre ». Cependant, du point de vue santé, il est préférable de se rincer le nez avec de l’eau froide et de le comprimer et d’utiliser un mouchoir en papier plutôt que du coton car les fibres de ce dernier sont susceptibles de s’agglomérer avec le sang et par là, de provoquer des complications médicales. (Yalkout Yossef T.4, p.181)

Coloration de la nourriture et des boissons

Règle importante concernant la mélakha « teindre » : L’interdiction de « colorer » ne s’applique pas aux aliments et aux boissons. Par conséquent, on a le droit de rajouter du safran dans un mets sans contrevenir à la défense de « colorer ». De même est-il permis de préparer de la grenadine bien qu’on colore l’eau, ou de rajouter de l’anisette à l’eau bien qu’elle blanchisse.

Vin rouge

Comme il convient lekhat’hila de faire le kiddouch avec du vin rouge, si l’on a du vin blanc, on pourra donc le mélanger avec du vin rouge, ainsi que nous l’avons vu dans les lois du kiddouch. (Yalkout Yossef T.3, p.375)

Produits désinfectants pour les cuvettes de toilettes.

Il est permis d’accrocher à l’intérieur de la cuvette des toilettes un produit désinfectant qui colore l‘eau quand on tire la chasse sans crainte d’enfreindre l’interdiction de « colorer ». (Yalkout Yossef T.3, p.375)

Lunettes

Il est permis de mettre des lunettes dont les verres s’obscurcissent ou s’éclaircissent en fonction de l’intensité de la lumière car on ne transgresse pas l’interdiction de « teindre ». (Yalkout Yossef T.3, p.377)

Source : « Lois & Récits de Chabbath » aux Editions Torah-Box